Accueil

 
Le choix de SPIP, caractéristiques et contraintes



 

Introduction

Le sujet de ma recherche est l’ergonomie du logiciel libre SPIP. Les questions à poser sont :

— Qu’est-ce que SPIP ?
— Pourquoi le choix de SPIP ?
— En quoi consiste mon travail ?
— Comment ai-je procédé ?

La présente introduction est destinée à répondre brièvement à ces questions pour définir l’objet de ma recherche et situer mon apport. Ces points seront par la suite développés dans les différentes rubriques.

SPIP est un logiciel de publication en ligne. Il permet la création d’un site structuré comme un magazine et cela avec une grande facilité, son utilisation étant à la porté d’utilisateurs quel que soit leur niveau informatique. SPIP présente un certain nombre d’automatismes pour :
— gérer un site à plusieurs,
— mettre en page des articles sans avoir à connaître le HTML,
— modifier la structure d’un site,
— utiliser une base de données sans avoir à connaître les technologies sous-jacentes (base de données MySQL, langage PHP, serveur Apache)...

SPIP est téléchargeable gratuitement sur www.spip.net. Son installation est simple et se fait pas à pas. SPIP est un logiciel installé sur le serveur contrairement à des logiciels tels que Dreamweaver, FrontPage et autres, installés sur le disque dur de chaque utilisateur. Avantage : la gestion du site se fait intégralement en ligne, ce qui permet de travailler à plusieurs et de faire les mises à jour beaucoup plus rapidement.

Un grand avantage de SPIP est la séparation des 3 tâches :
— structure éditoriale et gestion du site (webmestre et administrateurs),
— mise en page et graphisme (graphiste),
— contributions au contenu (rédacteurs).

Ceci implique que les rédacteurs qui enrichissent le contenu n’ont à se préoccuper ni de la forme de présentation de leur article, ni de sa mise en ligne par un système d’échange de fichiers séparé (FTP, comme lorsqu’on réalise son site « à la main »). L’interface graphique leur permet de créer, proposer et modifier leur article directement en ligne, article qui pourra être commenté par l’équipe éditoriale (administrateurs et rédacteurs) grâce à un système de forums attaché à chaque article. Lorsque l’article est validé et finalement publié, son aspect graphique de mise en page sur le site public est déjà spécifié et s’applique automatiquement. Ainsi, la forme est prédéfinie et donc uniformisée.

Espace privé, site public...

La notion fondamentale à comprendre ici, concernant SPIP, est la coexistence de deux espaces différents, également gérés par le logiciel, mais de natures opposées :
— le site public est accessible à tous les utilisateurs de l’internet, sa forme graphique et sa structure de navigation sont définies par le graphiste...
— l’espace privé est l’espace où l’équipe éditoriale gère le contenu : couramment appelé « ecrire » concernant SPIP (c’est le nom du dossier contenant l’espace privé dans SPIP), correspondant au back-office (terme habituel dans le jargon des prestataires de service informatique), c’est le lieu qui nous intéresse pour ce mémoire, puisque c’est là que se gèrent tous les éléments au travers d’une interface spécifique (c’est la partie du logiciel qui offre réellement une interface graphique propre ; le site public, lui, est librement défini par chaque webmestre de sites sous SPIP).

SPIP a connu en deux ans d’existence un énorme succès en France, et se développe désormais dans le monde (traduit en plusieurs langues). Il est utilisé par des associations, des particuliers, ainsi que par des organismes gouvernementaux et privés.

L’étude d’un cas concret

La nature de ma recherche et de ma proposition est inscrite dans la démarche d’une étude pratique basée sur un cas concret : un logiciel libre français dont l’environnement humain est une communauté militante et ouverte (l’internet indépendant, le logiciel libre...). La philosophie de ce milieu et les méthodes de développement de SPIP sont basés sur les échanges et la communication. Ainsi, ma rencontre et la discussion avec les concepteurs et les utilisateurs représentent un élément vital pour l’aboutissement d’une réflexion constructive qui n’est pas destinée à rester au stade théorique. De plus, mon stage au Réseau Voltaire de mai à juillet 2003 m’a donné l’occasion de participer à la création de sites sous SPIP et donc d’utiliser quotidiennement le logiciel.

Le choix d’un produit intégré comme SPIP autorise un réel travail d’ergonomie dans le cadre d’un produit ayant déjà sa cohérence propre (par opposition aux produits modulaires tels phpNuke, aux fonctionnalités peu intégrées).

Aussi, la présence d’outils de travail collaboratif rend à la fois plus difficile et plus intéressant l’étude ergonomique. Également, la possibilité d’ajouter certaines fonctionnalités propres à d’autres outils dans ce produit, ce qui pose encore des difficultés intéressantes en terme de cohérence et d’ergonomie.

Mon travail consiste en l’analyse et la refonte de l’ergonomie de l’interface privée de SPIP :
— valoriser l’interface existante et y apporter une solution ergonomique,
— réfléchir à d’autres formes et usages de l’interface.

Les domaines étudiés sont :
- Analyse critique et proposition de refonte
— Structure et fonctionnalités·
— Navigation·
— Graphisme et Ergonomie
- Nouvelles formes d’interaction reposant sur des techniques nouvelles
— Nouveaux concepts d’interface

Ma démarche a été de :
— utiliser le logiciel (dès mon stage en mai 2003) et entreprendre une analyse fonctionnelle complète, à tous les niveaux cités ci-dessus,
— comprendre la philosophie du logiciel, son but, sa force, ses particularités ainsi que la philosophie du logiciel libre en général,
— rencontrer et communiquer avec la communauté de SPIP (développeurs, traducteurs, utilisateurs) puisque, dans ce milieu, la méthode d’évolution du produit se fait surtout grâce aux échanges et aux discussions (recherche de concensus),
— appliquer des techniques et des méthodes de graphisme et d’ergonomie en me basant sur ma formation et expérience de graphiste, mes études au mastère et ma recherche personnelle de ces derniers mois (visite de sites et de logiciels, comparaisons avec d’autres ergonomies, recherche documentaire).

Les points clés que j’ai développés :
— valoriser la particularité de SPIP qui est d’assurer une médiation optimale entre fonctions et interface-utilisateur. En effet, la logique que suivent les développeurs de SPIP est qu’une fonctionnalité technique, aussi intéressante soit-elle, n’est intégrée au produit que si une solution ergonomique acceptable est trouvée ;
— rendre l’interface fonctionnelle limpide, chaque fonctionnalité devant être immédiatement identifiée, sans lecture de documentation. Cet esprit est un important critère, mais imparfaitement mis en œuvre actuellement : l’interface s’est construite petit à petit, de manière anarchique et parfois incohérente avec une démarche de construction relativement empirique. Ce qui n’a pas toujours épargné sa cohérence ergonomique ;
— valoriser les fonctions collaboratives dans le but d’une cohérence éditoriale du site (négociation permanente) et la qualité éditoriale du site (discussion et critiques de chaque article, échange de sources documentaires, corrections directes) ;
— conserver la richesse fonctionnelle sans nuire à la limpidité de l’interface,
— réaliser un système graphique et sructurel adaptable à une constante évolutivité du produit.